Triptyque indigène

La réalisation de ce tableau est le résultat de plusieurs phases apparentées à un individu qui cherche son chemin dans une mégapole truffée d’options de direction. Une fois la palette choisie, j’ai opté pour une harmonie en triade dominée par des couleurs chaudes; ensuite, j’ai utilisé le pinceau Térébenthine, puis j’ai multiplié les copier-coller jusqu’à satisfaction. Tableau numérique 6 x 4.

Pixellisation

Du concret à l’abstrait, c’est le trajet de ce tableau. Je n’étais pas fier de l’harmonie du bouquet de fleurs à l’écran et de déchirure en déchirure, de couleurs en couleurs j’ai abouti à ce tableau qui présente des courbes de pixels dues à l’étirement de quelques calques. Tableau numérique 6 x 4.

Contexture

Ce matin, après une bonne promenade dans les sentiers pentus de la rivière Magog, je m’installe devant mon écran avec l’idée de pousser l’autrement. J’utilise le même protocole mais je saisis un autre pinceau (Taché, groupe Calligraphie) pour délimiter les formes et amenuiser les démarcations, je me sers de la fonction Sélection automatique pour déterminer une zone qui recevra une autre couleur, j’appuie sur le bouton Bord de Liquéfaction et j’applique la fonction du Bruit pour ajouter de la texture; en fin, je multiplie les modulations des calques. Tableau numérique 6 x 6.

Parcelles du matin

Pour ce tableau, j’ai repris le protocole de Fougue de vivre du 2 juillet dernier et je l’ai quelque peu modifié: crayon d’artiste plus libre, palette éclatée, transparence du calque sous-jacent et ajout de bruit dans la finale. Tableau numérique 6 x 6.

Enfantillage

En initiant ce tableau, je me suis rappelé les moments au cours desquels je regardais Normand Hudon, caricaturiste, au petit écran dans les années 60. Ce tableau est issu du dessin de trois cercles d’opacité différente et d’une ligne noire; le tout devait être en noir et blanc. Pour une raison qui m’échappe, j’ai choisi une palette de couleurs. Le reste est le fruit du hasard qui pourrait se retrouver sur un macaron. Tableau numérique 4 x 4.

Pensée cartésienne

Encore une fois, j’utilise le protocole que j’ai élaboré antérieurement; la principale difficulté (?) est de déterminer la forme géométrique qui me convient aujourd’hui; en outre, il en est de même de la palette. Une des difficultés est de déterminer le moment où le tableau est terminé. Quoi qu’il en soit, ma démarche ne sera jamais terminé et c’est satisfaisant. Tableau numérique 8 x 8.

Comme du cinéma

Ici, j’utilise le même protocole (figures géométriques, couleurs harmonisées. liquéfaction et multiplication des calques), mais avec une palette de couleurs différentes harmonisées selon la roue chromatique. De toute évidence, je me suis permis quelques fantaisies. Tableau numérique 8 x 8.

Fougue de vivre

Pour réaliser ce tableau, j’ai utilisé mon nouveau protocole après lui avoir ajouté un autre pinceau à des fins de texture : 1) dessin de formes géométriques, 2) texture au moyen du crayon d’artiste (groupe Esquisse), 3) sélection d’une palette de couleurs selon mon humeur et 4) ajout de calques au degré diversifié de transparence. Ce tableau a reçu ce titre de France et je le dédie à Florence. Tableau numérique 8 x 8.

La tourmente

Chemin faisant, j’ai élaboré un protocole pour réaliser des tableaux abstraits: 1) création par aérographie et agencement de diverses formes géométriques, 2) sélection et application d’une palette de couleurs harmonisées selon la roue chromatique et 3) multiplication des calques au degré diversifié d’opacité (transparence). Tableau numérique 8 x 12.