24 décembre

La technique sumi-e me fascine depuis un bon bout de temps. Mon application numérique me procure une gamme de pinceaux qui pourraient bien se prêter à cette technique. Le présent tableau est inspiré d’une composition sumi-e que j’ai adaptée à la réalité québécoise. Je suis conscient qu’il comporte peu d’éléments de cette technique, mais je pense que j’ai l’outil pour m’en approcher. Tableau numérique 24 x 18.

Colère céleste

Ce tableau est une version rouge et noire du tableau précédent. J’utilise la même composition, je donne plus d’accent aux nuages et, à l’aide de la courbe des couleurs de mon application, je fais ressortir le noir. Tableau numérique 12 x 24.

Cucurbita

Avant-hier, j’ai acheté des courges et l’une d’elle, par son écorce, m’a donné le goût (!) de peindre un abstrait. C’est depuis mes cours sur la composition que j’ai un penchant pour l’abstrait:  le livre de Rolina van Vliet est en permanence sur ma table de travail. Il m’a fallu plus d’une version pour être satisfait. Tableau numérique 24 x 24.

Passage obligé

Ouf ! Un tableau apparemment simple, mais qui m’a pris un temps inhabituellement long. Quoiqu’il en soit, j’ai dessiné une montagne au fusain numérique après avoir visionné une vidéo de Steve Elliot, un artiste de la région de Nottingham dans le Royaume-Uni qui vient de faire la transition vers le numérique. Sa vidéo m’a vite ramené au plaisir du dessin à l’encre, mais après un premier trait à l’encre (numérique), j’ai utilisé le fusain (numérique) pour édifier la falaise; les épinettes se sont imposées d’emblée, mais sur un ton diffus. Tableau numérique 9 x 16.

À traits tirés

Ce tableau est issu d’une photo prise à Pointe-au-pic, mais la composition est inspirée d’une autre photo prise à Baie-Saint-Paul. Bref, cela fait un bout de temps que j’e  ai tracé les premières lignes, mais je les laisser en plan. Hier, après avoir inséré un calque pour créer un flou à l’arrière-plan, j’ai utilisé le pinceau mimant le trait d’un pinceau à l’huile et le tableau s’est mis en place à traits tirés. Tableau numérique 12 x 24.

Indécente effeuilleuse

C’est fascinant à quel point un tableau peut évoluer. Celui-ci devait incorporer de la brume à un rocher. Par un tour de passe-passe, c’est devenu un bouquet après avoir paramétré un pinceau (Victoria). Insatisfait, j’ai quitté mon atelier pour mieux y revenir une heure plus tard. Une fleur est ressortie du lot. Tableau numérique 24 x 24.

La route du hasard

Ce tableau, apparemment simple, m’a pris un temps fou pour comprendre le verrouillage alpha de l’application de dessin numérique. Globalement, il s’agit d’une retouche de photo prise au bout du Chemin du Vieux quai à Baie-Saint-Paul. Dans un premier temps, j’ai utilisé la courbe des couleurs pour donner un look psychédélique au paysage. Ensuite, j’ai retouché le ciel au moyen du pinceau à nuage et en fin de compte, j’ai modifié un centre d’intérêt au moyen du pinceau Rétro. De plus, j’ai effacé des lignes concourantes et fait quelques retouches de couleur pour équilibrer le paysage. Tableau 24 x 18.

Soupçon de féérie

Ce tableau est encore issu de ma randonnée menant à la plage de Baie-Saint-Paul. Encore une fois, j’ai été saisi par la fenêtre naturelle qu’ont formé les branches et les rameaux des arbrisseaux. Pour conférer plus d’intimité, j’ai ajouté de la brume devant le Cap aux corbeaux. Aujourd’hui, l’exercice consistait surtout à du copier-coller, du gommage et à la modification des couleurs naturelles. Tableau 24 x 18.

Comme un automne incognito

Un tableau beaucoup plus simple cette fois-ci. Il est issu d’une photo prise lors d’une randonnée de 2 heures menant à la plage de Baie-Saint-Paul. Rendu dans le sentier bordant la plage, la succession de couleurs sur des lignes verticales dans un bosquet a retenu mon attention. J’ai fait disparaître les autos en arrière-plan en utilisant la fonction de mélange des couleurs adjacentes, j’ai coupé le ciel en étirant les arbres vers le haut et j’ai ajouté des fleurs (achillée, verge d’or) au paysage pour susciter plus d’intérêt. Tableau 24 x 18.

Flirt asiatique

Après une visite au salon funéraire, j’ai pris un léger dîner et je suis descendu dans mon atelier pour y peindre un paysage à partir d’une photo. Rien à faire, rien ne jaillit ! Je laisse donc aller mon pinceau et je prends soin de multiplier les calques. C’est au dernier calque que les fleurs ont éclos. Encore un bouquet! Pourquoi pas, je les aime. Tableau numérique 24 x 24.

Les frivoles venues de loin

Encore des physostégies, mais dans un contexte différent, un contexte qui m’a donné du fil à retordre. En utilisant la courbe des couleurs, en pivotant l’arrière-plan de 90 degrés et en ajoutant une touche de vapeur de rosée, j’ai conféré au tableau une autre atmosphère. Tableau 12 x 24.