Liberté

De façon impromptue, en quelque sorte, j’ai entrepris ce tableau sans trop savoir où j’aboutirais. Bien entendu, il devait y avoir des montagnes, de la brume et des conifères.  Après avoir visionné une démo de Dave Smith, aquarelliste américain, j’ai ajouté un canot à l’avant-plan. Aquarelle et gouache sur papier Canson XL. Tableau 11 x 15.

Dentelle boréale

Le temps des Fêtes m’a éloigné de mon atelier. Hier, après une tentative infructueuse, je suis allé déneiger l’entrée d’auto par un froid de canard. Au retour, j’ai utilisé mon petit pinceau Ron Ranson et j’ai tracé quelques contours de montagnes. En soirée, le tableau avait franchi une première étape, car je le trouvais inachevé nonobstant l’appréciation marquée de ma conjointe. Après une bonne nuit de sommeil, je suis retourné dans l’atelier pour donner de la vie au tableau: des conifères en bordure du canyon. Aquarelle sur papier Canson XL. Tableau 11 x 15.

Figé dans le temps

Avant-hier, ma conjointe a laissé à mon intention un cahier publicitaire sur Charlevoix. Tout de suite, mon regard a été attiré par un tableau de Martin Beaupré, artiste-peintre québécois. En combinant montagnes, brume et conifères dans une vignette, j’ai atteint le but que je m’étais fixé. Maintenant, j’ai autant de plaisir à donner des grands coups de pinceau Ron Ranson qu’à utiliser utiliser un traînard. Aquarelle sur papier Canson XL. Tableau 11 x 15.

Dépouillement

Les arbres effeuillés exercent chez moi un attrait similaire aux conifères. Inspiré par un tableau de Peter Sheeler, aquarelliste, je suis retourné dans mon atelier après plus d’une semaine d’inactivité. Encre et aquarelle sur papier Canson XL. Tableau 11 x 15.

Loin du tumulte urbain

Cet été, nous sommes allés en famille au Brandy Pot dans l’archipel des Îles du Pot à l’Eau-de-Vie en face de Rivière-du-Loup. Mis à part les deux membres du personnel, il n’y avait que nous sur l’île si on exclut les oiseaux marins par centaine. J’y ai pris de nombreuses photos et j’en ai retenu une. J’ai tenté de reproduire l’atmosphère (brume, conifères, rochers et plan d’eau) de Pensée vaporeuse et Aux confins pour traduire l’isolement total vécu pendant 24 heures. Pour garder les tons de blanc du patio, j’ai utilisé de la gomme-réserve. Aquarelle sur papier Canson XL. Tableau 11 x 15.

Aux confins

Pensée vaporeuse s’avère un tableau réussi. Il est inspiré d’une composition de Grant Fuller, aquarelliste canadien. Le défi consistait à créer un tableau entièrement sorti de mon imagination. Le tableau s’est réalisé en trois étapes: 1) la montagne et la brume, 2) les conifères et le ruisseau et 3) l’arbre brisé. La deuxième étape est du type anecdotique: en regardant le match de hockey du Canadiens de Montréal contre le Red Wings de Détroit, j’ai laissé mon sofa sans vraiment me questionner pour aller jeter un coup d’œil au tableau. Sans réfléchir (ou presque), j’ai saisi un pinceau Ron Ranson et j’ai entièrement couvert les conifères d’un grand lavis. Tous les conifères se sont couverts de brume. L’avant-plan demeurait une interrogation, car le sentier occupait une trop grande surface. L’arbre brisé dans le sentier s’est imposé quand Christine B s’est arrêtée devant mes tableaux. Aquarelle sur papier Canson XL. Tableau 11 x 15.

Le raccourci des tilleuls

Il y a deux semaines ou plus, le thème de l’atelier sumi-e était la montagne. Comme je venais de terminer une série de tableaux incorporant des arbres peints à l’acrylique, j’ai transposé sont utilisation dans la technique japonaise. Encre, acrylique et aquarelle sur papier Canson XL. Tableau 11 x 15