Pointe-de-l’Islet – retouche

Bien oui, un deuxième tableau sur lequel je reviens. Il y avait quelque chose que je n’aimais pas et Diane a mis le doigt sur les nuages. Je me suis remis à la tâche et au fil des retouches, je me suis rappelé que je pouvais modifier le tableau à volonté afin d’y apporter plus d’harmonie. J’ai donc retouché la mer, notamment en y ajoutant une onde de la marée, et en reflétant davantage la mer. Acrylique. Tableau 12 x 16.

Plaine verdoyante

Cela faisait plus de deux semaines que Plaine désertique m’agaçait. Il me fallait un centre d’intérêt installant un contraste de couleur et de forme. J’ai opté pour des conifères. Après un visionnement de quelques techniques sur Youtube, j’en suis arrivé à ce résultat. Acrylique. Tableau 16 x 20.

Sur la route

Aujourd’hui, j’avais envie de peindre…je ne sais pas quoi. j’ai commencé par un arrière-plan en jaune avant d’y ajouter du noir de mars et de la terre verte et je me suis perdu dans mon laisser-aller. Après une coupe de vin au souper, j’ai eu envie d’y revenir et je suis revenu à la réalité. Ces fleurs ont leur raison d’être. Acrylique, Tableau 16 x 20.

Coup d’épée dans l’eau

Ce matin, j’ai fait un retour sur mes premiers tableaux à l’acrylique et je me suis arrêté à Panache. J’étais curieux d’utiliser une carte de crédit au lieu d’une spatule et de me relancer à l’aventure. J’ai pris soin de marquer des contrastes. Orange et jaune de cadmium, terre verte, noir de mars et blanc de titane. Acrylique. Tableau 16 x 20.

Fleur de pissenlit

La semaine dernière, j’ai fait le tour de mon jardin et j’ai pris des photos dont une d’une plate-bande de rudbeckias. Un arrière-plan au teintes foncées, des coups de pinceaux en douceur, puis des taches de jaune de cadmium et de blanc de titane. À mon insu, c’est une fleur de pissenlit qui s’est matérialisée; en peu de temps, ma pensée m’a ramené dans le champ des sœurs où j’allais jouer souvent l’été venu.  Acrylique. Tableau 16 x 20.